BUG

BUG

Quatuor à corps
Un repas en famille avec 4 acteurs et la complicité de 3 compositeurs (Daniele Ghisi, Jean-Luc Fafchamps, François Sarhan)

Un repas en famille. L’atmosphère est paisible. Le père, la mère, le fils, bercés par leurs ritournelles, leurs mouvements répétitifs et leurs leitmotivs, tissent patiemment leurs liens. Arrive l’Autre, avec son « inquiétante étrangeté ». A quatre, une nouvelle composition s’engage. Finie la belle harmonie. Le « bug » fait son œuvre, exigeant de chacun un renouvellement de son jeu.

Trois et un, la famille nucléaire et un intrus: Bug est une réflexion sur la famille, – celle que l’on a, celle que l’on crée – si imparfaite soit-elle. Sur le désir, le fantasme, l’inconscient et les contradictions qui nous habitent.

Bug s’inspire du quatuor à cordes et en applique le principe à la sensibilité théâtrale. En s’appuyant sur la voix et le corps de quatre interprètes ainsi que sur leurs gestes imprégnés de rituels et de manies, d’affects et d’émotions, il s’agit de créer un langage physique et musical singulier. Une approche qui permet de serrer l’énigme familiale au plus près, dans ce qu’elle a de plus enfoui et de plus feutré, en évitant les conventions du théâtre psychologique.

Fort de l’écriture des compositeurs Jean-Luc Fafchamps, Daniele Ghisi et François Sarhan, à qui IvWR a demandé d’accompagner de leurs jaillissements le processus créatif, Bug démonte par des procédés musicaux le scénario du quotidien. Il en brise la continuité. Le temps se dilate ou s’étire se saccade en ellipses. Les gestes sont répétés ou inversés s’assimilant à des rouages grippés. Ils provoquent des ondulations et des glissements de sens et des sens.

A travers la répétition, la boucle, la mise en rythme des gestes et des phrases, le fait de s’arrêter sur un mot ou un bruit, le choix de laisser les mouvements des acteurs en suspens, Bug révèle les dislocations. Comme si la carapace de la vie ordinaire et ses arrangements sommaires volaient en éclats. On perçoit alors l’envers des choses. Ce qui constamment nous échappe.

CREDITS

Compositeurs : Jean-Luc Fafchamps ; Daniele Ghisi ; François Sarhan
Mise en scène : Ingrid von Wantoch Rekowski
Assistant : Manolo Sellati
Conseils dramaturgiques : Jean-Marie Piemme
Acteurs : Pierre Dherte, Aurélien Dubreuil-Lachaud, Candy Saulnier, Adèle Vandroth
Costumes : Regine Becker
Scénographie : Christine Grégoire
Son : Bart Aga
Réalisation informatique musicale Ircam : Gregory Beller, Benjamin Lévy
Eclairages & régie générale : Hans Meijer
Production : Lucilia Caesar en coproduction avec l’IRCAM (Paris), Les Brigittines (Bruxelles), Ars Musica (Bruxelles), Césaré – Centre National (Reims)

PRESSE

Symphonie familiale en si(mulacre) majeure.

Puzzle étonnant, déroutant, où voix, corps et musique assemblent les morceaux d’une maisonnée résonnante de névroses ancestrales. Où l’on décèle forcément comme un petit air – aria ? – de famille.

Le Soir, Catherine Makereel, 09/06/’17

Nous découvrons en effet quatre corps-instruments interprètes d’une partition scénique d’une remarquable subtilité dans l’exposé de ses thèmes, ses développements, ses variations. Nous sourions parce qu’IVWR traite tout cela selon la fameuse formule de Bergson : du mécanique plaqué sur le vivant (répétitions, arrêts-reprises, borborygmes-proférations, corps-machines).

Les théâtres de Stéphane Gilbart, Stéphane Gilbart, 08/06/’17

Bestiole, insecte, parasite, élément perturbateur, le Bug est là désormais, exigeant de chacun un renouvellement de jeu. Au triangle de la famille nucléaire est venu s’ajouter un intrus, et ça change tout.

La Libre Belgique, Marie Baudet, 31/05/’17

Ingrid von Wantoch Rekowski nous embarque de manière singulière aux confins de la musique et du théâtre. (…) Bug (quatuor à corps), un objet étrange et souvent délicieux, un théâtre musical comme du Kafka, un objet né de longues et singulières recherches auxquelles elle réussit à donner une forme charnelle et sensible.

La Libre Belgique, Guy Duplat, 08/06/’17

DATES/LIEUX
2017 - IRCAM, Centre Pompidou Paris - FR
2017 - Brigittines, Bruxelles - BE
2017 - Césaré, Centre national de création musicale (Reims) - FR
  • Lucilia Caesar
  • Théâtre